#News

“Au lycée j’étais nul en langues… et puis j’ai voyagé !”

Moran, 26 ans, est l’auteur du blog Rencontre le Monde, où il fait le récit de ses voyages. Il donne également des infos utiles pour se préparer à partir ! Tu peux trouver son blog ici et sa page Facebook par là.

Nous l’avons interrogé pour parler de ses voyages, et plus particulièrement de son rapport aux langues étrangères. Chez Kate&Tao on est convaincu que les langues s’apprennent dans la vraie vie #InRealLife, en voyageant, et Moran est bien placé pour en parler !

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Kate&Tao Témoignage“Je suis Moran, 26 ans, voyageur et blogueur. Plus jeune j’ai beaucoup voyagé avec mes parents, et aussi après mes études à la fac. Depuis mon assistanat en Écosse (pour aider des élèves étrangers à parler français) qui m’ a permis de mélanger voyage et expatriation, j’alterne les périodes travail/voyage.

Mes voyages ? Le premier en Espagne et Portugal a duré 3 semaines / 1 mois. Et puis au fur et à mesure la durée s’est allongée ! 8 semaines à la Réunion, Mayotte et Madagascar, puis 10 semaines en Colombie et au Mexique, puis 8 mois en tant qu’assistant de français en Écosse à Édimbourg… 1 an en France pour les études et c’est reparti pour 11 mois au Mexique et États-Unis. Et maintenant ça fait 1 an et demi que je vis en Suisse (ce qui ne m’a pas empêché de partir 3 mois en Amérique du Sud entre temps).

Je voyage par opportunités. Je me dis “ah ouais je pourrais aller là”, et c’est parti ! Je saisis chaque occasion de voyager pour voir des gens que je connais directement ou indirectement.”

 

Avec tous ces voyages, tu dois en parler des langues !

Kate&Tao témoignage bloggeur“En fait jusqu’au lycée j’étais très mauvais en langues… J’étais le scientifique de base, j’ai fait une licence de maths ! Et puis j’ai postulé pour un assistanat (pour aider des élèves étrangers à parler français) parce que je voulais voyager.

J’étais très mauvais en arrivant ! Mais j’ai appris sur le tas en Écosse. En fait j’ai appris les langues sur place, c’était pareil en Amérique Latine : je suis arrivé sans savoir parler espagnol, maintenant je le parle couramment. Je n’ai jamais pris un seul cours d’espagnol pourtant. J’ai appris avec les gens sur place. En plus je parle anglais tous les jours ici en Suisse avec ma petite amie, donc les langues c’est vraiment en pratiquant que ça rentre. Et maintenant je passe à l’allemand !

J’étais nul en langues mais je me suis dit, j’y vais ! Ça l’a fait parce que j’ai découvert les langues dans la vrai vie, en rencontrant des gens et en échangeant.”

 

Ça donne envie de partir ! Mais ça doit être dur de franchir le pas ?

“Mon premier voyage en Amérique Latine était le premier où je partais vraiment seul. En plus partir seul n’était pas vraiment prévu, je devais être accompagné par un pote, mais ses parents ont eu trop peur de le laisser partir… Donc je me posais des questions, et en plus je parlais pas un mot d’espagnol. Je me demandais ce que je faisais là, je me disais que j’aurais pas dû partir…

Au final, tout s’est bien passé. Une fois au Mexique, je vivais avec une famille et ça m’a permis de repartir en sachant parler couramment espagnol. Finalement, le fait de se retrouver seul permet de plus se rapprocher des gens. Quand on est seul, on est plus ouvert, et donc plus réceptif. En fait c’est important de partir seul si on veut vraiment en profiter !

 

Tu as vécu avec une famille mexicaine ? Comment ça s’est passé ?

Kate&Tao témoignage voyageur“Je connaissais des étudiants mexicains à la fac en France, et du coup leurs familles m’ont accueilli pendant trois semaines. Je connaissais aussi des colombiens qui vivent en Europe qui m’ont aidé à me loger sur place. Le plus drôle, c’est que leurs familles m’accueillent alors qu’elles ne me connaissaient pas du tout… Ce sont des gens très proches de moi maintenant !

La vie en famille, et le fait d’être seul francophone, ça permet de progresser vite. On a pas de joker ! C’est important de s’imposer de parler dans la langue, de se mettre en situation. Quand ma petite amie m’y a accompagné, j’ai vu qu’il était beaucoup plus difficile pour elle de progresser parce qu’elle se reposait sur moi pour parler, il y avait moins de mise en situation où elle était obligée de parler.

Il faut aussi savoir se déconnecter de ses habitudes, accepter une autre façon de fonctionner. C’est en s’immergeant qu’on apprend, par exemple au Mexique c’est très facile d’aborder les gens, il n’y a pas de pression.”

Qu’est-ce qui est le plus important selon toi quand on veut partir à l’étranger ?

“Il faut oser. Quand on a envie mais qu’on ose pas, plus on reporte, plus on réfléchit, plus on se donne des excuses pour ne pas le faire. Il faut se lancer, arrêter de se mettre des barrières ! C’est comme quand tu es petit et qu’on te dit que il faut tout goûter : on ose pas et puis finalement après coup ça a un goût de reviens-y…Une fois lancé on a plutôt hâte de recommencer !

La première fois peut être difficile, mais une fois dedans c’est un cercle vertueux : on fait des rencontres qui nous donnent une raison de repartir, on est plus à l’aise en langues et on a envie d’en apprendre d’autres. Plus ça va et plus on fait des connections. A l’heure où Facebook rend antisocial, le voyage est le vrai moyen de rencontrer des gens.

 

Le mot de la fin ?

“Il y a plusieurs facettes dans le voyage. La rencontre, le fait d’aller vers l’autre est pour moi la facette la plus importante.

Mon blog ne s’appelle pas Rencontre le Monde pour rien…”

 

Merci à Moran pour son témoignage ! Tout ça donne très envie de voyager… Retrouve d’autres témoignages sur notre blog et la page Facebook Kate&Tao !

 

Rencontre le monde

Crédits Photo : Rencontre le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *